CONNEXION

Grim Fandango

par ju

Le 25 Décembre 2008


Même les jeux vidéo ne sont pas à l'abri des injustices. Penchons-nous donc ensemble sur une merveille de créativité vidéoludique trop vite oubliée.

Alors que noël est à nos portes et que le froid approche (ou est-ce l'inverse ?), les amateurs de jeux vidéo de qualité se posent tous la même question : quel merveilleux programme inattendu, frais et créatif pour garnir mon joli sapin ?

Pour résoudre dans la joie ce grave problème, je vous propose un titre qui n'est ma foi pas une nouveauté, ça non, mais qui en vaut bien 10 tant il saura se faire aimer de celles et ceux qui ne le connaissent pas encore. Car Grim Fandango, titre de Lucas Arts sorti en novembre 1998 fait bien partie de ces jeux que l'on explore de bout en bout avec le sourire et que l'on chérit longtemps après l'avoir fini. Il a même la propriété magique et rare d'accrocher les non-joueurs les plus déterminés (comme ma coloc par exemple), tant ses dialogues sont drôles et son scénario bien ficelé.

Mais pourquoi tant d'éloges me direz-vous ? D'abord il y a les dialogues. Et là je vous donne certainement le meilleur en premier mais enfin je ne résiste pas à ce plaisir. Ils sont tout simplement excellent. Un peu dans le style absurde et cynique des dialogues d'un Monkey Island, mais bien plus drôles et équilibrés. Et il n'y a pas que l'écriture qui impressionne par sa qualité. Il y a aussi les voix. Elles sont superbes. Chaque personnage a son acteur et sa propre voix charismatique délivrant les petites piques et autres jeux de mots qui font toujours mouche. Pour rendre justice au remarquable travail des acteurs, je pense qu'il faut se procurer le jeu en version originale anglaise. Mais je sais que ça peut s'avérer difficile et que tout le monde ne comprend pas l'anglais (notez quand même que les sous-titres sont disponibles). Ceci dit cela ne doit pas vous décourager de jouer à la version française qui doit certainement être de qualité.

Parlons maintenant un peu de ce que vous aurez à faire dans ce soft. C'est un jeu d'aventure parsemé d'énigmes avec des objets à ramasser, à utiliser ou donner aux différents personnages rencontrés. Vous êtes Manuel Calavera, dit Manny, et vous êtes mort. Vous travaillez au DOD (Department Of Death) en attendant de pouvoir trouver le repos éternel, repos que vous ne pourrez goûter, comme tous les autres défunts, qu'au terme d'un long voyage pour aller jusqu'au neuvième cercle. La seul différence entre Manny et les autres, c'est qu'il est agent de voyage. Il doit vendre des billets de train, bateau ou voiture pour racheter les fautes de sa vie passée et pouvoir espérer un jour partir lui-même. Comme quoi les tracas quotidiens du boulot peuvent vous poursuivre bien au-delà de la retraite ! Je ne veux pas en dire plus, il faut découvrir le scénario par soi-même, sans quoi le plaisir est très amoindri.

Tout cela étant dit, il reste les graphismes. Un jeu de 1998 doit nécessairement être un peu laid, voilà ce que je me suis moi-même dit avant d'y jouer. C'était sans compter sur l'effort considérable que les artistes et les développeurs ont fourni pour donner une apparence unique à Grim Fandango. Ils ont mêlé folklore mexicain, architecture aztèque et art déco pour donner ce résultat surprenant, une réussite incontestable. Les décors sont fixes et vous déplacez votre personnage 3D un peu comme dans un Alone in the dark ou un Resident evil. Le moteur utilisé à l'époque était présenté comme révolutionnaire et ça se voit. Bien sûr rien de comparable avec les jeux qui sortent maintenant, mais Manny n'a pas à avoir honte de ses quelques polygones et autres pixels un peu trop apparents, le tout reste très acceptable. D'ailleurs, l'aspect cartoon des personnages gomme beaucoup les petits défauts graphiques. Au total, l'ensemble est tellement réussi que l'on veut (doit ?) pardonner à ce jeu le moindre de ses défauts.

Je n'aime pas conclure sur des considérations bassement matérielles, mais je tiens quand même à porter à votre attention, juste au cas où vous hésiteriez encore, que ce petit trésor est disponible neuf pour environ 5?. Si les nouveautés next gen avaient relativement autant de valeur créative que pécunière (soit 14 Grim Fandangi), je n'aurais plus du tout de vie sociale. Fort heureusement, les beaux jeux à 70? ne les valent pas, et on peut encore souhaiter une belle et longue vie à des soft comme Grim Fandango qui savent, même 10 ans après leur sortie, divertir sans ruiner. Sur ce je vous souhaite un bon noël et un joyeux Jour des Morts !

ju

0 commentaires

COMMENTER CET ARTICLE

Tags


Du même auteur



Voir le mur de l'auteur